Plus qu'un Parti !!!

Archives de juin, 2011

Lettre du Coordinateur Général Du Parti Humaniste Tunisien ‘’Démocrates Libéraux’’ Adressée ce jour aux Chefs d’Etats du G8

Tunis le, 27 Mai 2011

Lettre du Coordinateur Général
Du Parti Humaniste Tunisien
‘’Démocrates Libéraux’’

Adressée ce jour aux Chefs d’Etats et des Gouvernements
Des Pays membres du G8

Excellences,

Président du parti Humaniste Tunisien ‘Démocrates Libéraux’, un parti qui n’a pas accepté d’être légalisé sous une loi obsolète faite par l’ancien dictateur adapté et adopté pour ses actions dictatoriales, un parti reconnu par le Parti Humaniste Internationale et en attente d’avoir le statut de membre permanent, je vous adresse cette lettre à l’occasion de votre réunion du G8 les 26 & 27 Mai 2011 a Deauville en France.

Je souhaite au nom de nos adhérents et sympathisants vous exprimer notre désaccord avec la demande hasardeuse faite par notre premier ministre provisoire portant sur la sollicitation de 25 milliards de dollars sur 5 ans en ressources additionnelles, dont 5 milliards de dollars à court terme auprès de votre groupe.
Notre république retrouvée ne souhaite en aucun cas s’associer à une démarche qui la déshonore, « faire la mendicité auprès des grandes puissances » alors qu’elle se prépare à reconquérir sa place, seulement sa place mais toute sa place, dans la communauté internationale, et cela quel qu’en soit le temps exiger.

Comment pourrions-nous aujourd’hui avancer des besoins chiffrés et éclairés alors que nous sommes en plein démarche constitutionnelles pour une seconde république, indivisible et libre comme le voulait notre libérateur Habib BOURGUIBA.

Seul un Parlement légitime et son Gouvernement, ayant établis les bilans de notre situation actuelle économique, sociale, financière et ayant planifié développement et voté les priorités pour le Pays aura capacité de le faire.
Accepter pour 2011 une croissance négative est un bien faible prix à payer pour le retour de la Liberté. Notre vitalité n’est pas à démonter puisque dans des conditions d’exploitation par un régime tyrannique et spoliateur nous avons su éviter les drames de la récente de la crise financière mondiale. De même la réaction solidaire de l’ensemble de la population tunisienne pour accueillir 450 000 réfugiés fuyant la Libye est bel et bien un exemple des capacités généreuses, humanistes et courageuses de notre peuple.

En aucune façon nous ne voulons tirer un chèque en blanc, aux conditions inconnues, sur l’avenir de notre jeune génération et encore moins sur celle de nos enfants…
Comment pourrions nous, nous engager en aveugle, dans une contractualisation hasardeuse avec des institutions bancaires internationales qui ont un lourd passif dans le maniement de la carotte et du battons devant des peuples acculés à la misère par l’incurie de leurs dirigeants, mise à profit par les errements du système capitaliste mondial.
Sur ce point d’ailleurs nous ne saurions que trop vous conseiller de revisiter la gouvernance du FMI, mise à mal par une curieuse affaire qui vous offre l’opportunité de confier sa Direction Générale à de hautes compétences issues de pays hors du G8.

Nous vous prions de croire Chefs d’Etats et des Gouvernements à notre très haute considération et tenons à vous exprimer des extrêmes intérêts que nous porterons aux décisions que vous prendrez lors de cette réunion.

Le Coordinateur Général
Porte Parole Officiel
Docteur Hisham Sharif

Publicités

Une 2ème proposition du Parti Humaniste Tunisien « Démocrates Libéraux » pour Le Peuple Tunisien et les Partis Politiques

Une réunion d’urgence des leaders du parti à été tenue le mardi 31 Mai 2011 à Tunis, au siège de la commission préparatoire des Libéraux Démocrates pour examiner les développements récents dans notre pays et en particulier la question du report de la date d’élection de l’Assemblée constituante et ses répercussions. 

Le gouvernement provisoire qui a été pourtant installé pour rapprocher tous les Tunisiens a tenu à exclure notre parti de l’opération électorale relative à la Constituante. Cette exclusion s’applique également à d’autres parties de la société civile ainsi qu’à la majorité silencieuse.

 

Etant donné que le gouvernement actuel a été incapable de réaliser les buts pour lesquels a éclaté la révolution, il est donc temps de mettre fin à la mission de ce gouvernement et de travailler sérieusement pour atteindre les exigences et les attentes des différentes catégories du peuple tunisien afin d’assurer la liberté et la démocratie.

Cela peut se faire par l’instauration d’un « conseil supérieur de l’Etat » comprenant 7 personnalités nationales dont 3 femmes au moins pour assurer la conduite des affaires de l’Etat et la nomination d’un gouvernement intérimaire dans les limites de l’élection parlementaire et un nouveau président de la république et pour une période ne dépassant pas deux ans.

L’âge des membres du conseil sera de 40 à 70 ans et sa composition doit grouper :

 

– 3 représentants de partis politiques

– 1 représentant des travailleurs

– 1 représentant de la magistrature

– 1 représentant des médias

– 1 représentant du monde des Affaires

 

Le Conseil supérieur de l’Etat sera appelé à réaliser les objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique, ensuite les transformer en une structure législative provisoire relative à la Constitution et les lois régissant la vie politique ( code électoral, loi sur les partis politiques, code de la presse, …), sachant que ce conseil sera mis à jour après un référendum le 14 Janvier 2012, coïncidant ainsi avec le premier anniversaire de notre glorieuse révolution.

 

Le Conseil supérieur de l’Etat doit maintenir la commission électorale indépendante et lui donner suffisamment de temps pour assurer le référendum et préparer les élections législatives et présidentielles démocratiques et transparentes avant la fin de 2012, après que le Conseil Supérieur de l’Etat et le gouvernement qui sera formé avec la participation et la consultation de toutes les parties nationales et les différentes composantes de la société civile eurent créé un climat favorable à des élections pluralistes et démocratiques avec l’instauration d’une stabilité sécuritaire, sociale et économique et le rétablissement du prestige de l’Etat.

 

Il est possible au dit conseil d’assurer une formation sur la coexistence entre les différents partis politiques et les composantes de la société civile car cela constitue une occasion pour consolider la culture de la différence et accepter l’avis des autres dans le but d’asseoir les fondements de la démocratie réelle et d’établir une liberté effective d’expression et d’éviter la marginalisation.

Les Coordinateurs des différentes commissions du parti ont demandé au Dr Hisham Sharif, coordinateur Général de la commission nationale, de prendre contact avec les différents intervenants, à savoir le Président de la République et du premier ministre par intérim, les partis politiques nationaux et les composantes de la société civile afin d’avoir des consultations sur cette proposition et de procéder s’il y a lieu, à sa révision de sorte qu’elle recueille l’unanimité et de la présenter- pourquoi pas – comme projet de discussion dans le cadre d’un forum démocratique national.

 

Parce que, en tant que parti qui ne se soucient pas d’être présent à l’assemblée constituante ou de participer à ses élections, nous voulons représenter une force de proposition pour suggérer des alternatives pour résoudre tout conflit et assurer une transition démocratique transparente et acceptable par la majorité de la société civile !!!

Nous mettons a votre disposition ce projet afin de pouvoir connaître votre opinion et pourquoi pas se rencontrer pour discuter d’avantage ce projet et avancer vers l’étape de la concrétisation.

 

juin 2011 ©  Copyright démocrates libéraux   

 

  

 

Dr. Hisham Sharif

Coordinateur Général

P. Parole Officiel

Nuage de Tags